Le marché de la gestion documentaire dématérialisée en Europe

La gestion des flux documentaires commerciaux et financiers, au sens large avec le papier, l’encre, les machines, le personnel de gestion, les affranchissements, l’archivage et la gestion des anomalies, coûte actuellement aux entreprises, particuliers et administrations 1000 Milliards d’euros environ par an dans l’Union Européenne (hors coûts liés des fraudes ; source : Rapport SSEDIC 2012).

Selon les chiffres de plusieurs études de divers groupes de travaux européens, la dématérialisation documentaire à valeur probante améliorerait la productivité de la façon suivante:

  • les gains estimés sur la facturation et les échanges (autour de 240 milliards chaque année),
  • les gains sur l’effectivité du marché unique des paiements (SEPA – estimés à près de 120 milliards par an),
  • les gains de productivité administratifs issus des courriers numériques (autour de 100 milliards),
  • la prévention de la fraude (estimation proche de 125 milliards).

Nous sommes à 700 milliards d’euros d’économie annuelle pour 28 pays, relativement conforme aux estimations des grands cabinets de conseils sur la dématérialisation (il était estimé que la dématérialisation documentaire apportait une réduction des coûts de 70% dans les entreprises, Rapport PwC 2005 et D. Little 2009).

A cette réduction des coûts, il y a lieu de déduire les nouveaux coûts justifiés par le renforcement des niveaux de sécurité et par les mesures de valeur probante et de validation des transactions digitales. Selon la Commission Européenne, en Europe les nouvelles réglementations européennes seront ainsi à l’origine d’un nouveau marché estimé à 32 milliards d’€/ an en Europe pour les éditeurs de logiciels de cyber-sécurité (TrustSeed) et 22 milliards d’€/ an pour l’adhésion aux services des opérateurs de validation (Certiway).